Critique de l’Éducation Nationale (1)

La créativité, fortement mise de côté dans l'Éducation NationaleLa créativité, fortement mise de côté dans l'Éducation Nationale — Crédit photo : Clara Delcroix

Récemment, j’ai découvert l’article de Théo Delahaye : 6 raisons qui prouvent que l’école d’aujourd’hui ne nous prépare pas à la société de demain. Je vous propose de reprendre ces 6 points de défaillance de l’Éducation Nationale dans plusieurs articles et de les commenter d’après mon propre vécu. Voici le premier de la série.

L’école tue la créativité

Vrai ! L’école française ne permet pas de développer sa créativité personnelle, et même l’en empêche. À l’école, quand on nous donne un sujet de rédaction, on est obligé de lui coller mot pour mot : on restreint la créativité des élèves. Et gare au hors-sujet !

Le français : rédactions et hors-sujets

Bien que je veuille devenir journaliste, j’ai toujours détesté le français à l’école. Sûrement à cause de cette restriction de créativité. Quand on a un thème, il est tout à fait possible d’écrire quelque chose de délirant, mais de cohérent. Ou encore d’écrire quelque chose en accord avec le thème, mais ne correspondant pas aux critères d’évaluation. Cela sera directement catégorisé hors-sujet…

L’existence du hors-sujet en français est la preuve même de la limite de la créativité. Comment pourrait-on être en dehors du sujet lorsqu’on parle d’écrire une histoire ? Chacun est libre de sa vision, de sa créativité, on ne peut pas s’enfermer dans des pseudo-limites…

Autre exemple : les cours d’allemand

L’année dernière (en 1re), en cours d’allemand, nous avons dû faire des exposés par groupes de 3 personnes. Au lieu de se contenter d’une banale présentation, avec mon groupe, nous avons décidé de réaliser un jeu télévisé. Beaucoup plus captivant pour les élèves surtout à la vue de notre sujet : la DGB (un syndicat allemand)…

Et pourtant, nous nous sommes retrouvés avec la pire note… En effet, seule la qualité de la langue était notée (cela n’avait été précisé auparavant)… Mais l’aisance à l’oral ne passe-t-elle pas aussi par la capacité à captiver son auditoire ?

Déçue de la note, j’ai été négocier avec le prof afin qu’il change quelque chose : nous nous étions concentrées sur le côté créatif et allions être pénalisées pour ça ? Heureusement, l’histoire se termine bien, car le prof a rajouté une note sur la « présentation ».

Mais l’art plastique, c’est créatif ça !

Dernier exemple avec les cours d’arts plastiques qui sont censés être les cours créatifs par excellence  ! Que nenni ! Encore une fois, en arts plastiques, on a un sujet et il faut lui coller à la peau… Pour reprendre les mots de Fernando Alberca (un prof de profs, un formateur des professeurs) : « Si un maître demande à un enfant de dessiner un paysage et qu’un enfant très original peint tout en noir, le maître le corrigera. ». C’est totalement ça !

Souvenir de maternelle

Je crois que j’ai vécu une expérience traumatisante en maternelle, pour que je m’en rappelle encore aujourd’hui 😜 je crois même que c’est mon seul et unique souvenir de maternelle…

On devait peindre des sapins pour Noël. D’abord, le fond (jusque-là tout allait bien), puis l’arbre. Un trait vertical pour le tronc et des arcs de cercle de taille décroissante pour les branches. J’en étais plutôt fière de mon chef d’œuvre, il a même été accroché pendant de nombreuses années dans ma chambre !

Sauf que l’institutrice n’a pu s’empêcher de me faire remarquer que mes arrondis étaient dans le mauvais sens (je crois que le côté arrondi des arcs devait pointer vers le bas et je l’ai fait pointer vers le haut). Franchement, quelle importance ? De toute manière, je trouvais (et trouve toujours) que c’est plus joli de la manière dont je l’ai réalisé !

Théo se présente comme élève du fond de la classe, il « refaisait le monde en regardant le fenêtre plutôt que le professeur » ! Pour moi, c’est un peu le contraire, toujours en tête de classe depuis bien des années. Et pourtant, tous deux sommes face à un système qui ne nous convient pas !

N’hésitez pas à retrouver le deuxième et le troisième article de la série 😉

6 Commentaires

  1. Un article qui sonne très juste. L’éducation nationale semble malheureusement favoriser les élèves ayant « compris le système », ce qui n’a pour conséquence que de tuer la créativité, comme tu l’as expliqué. Je peux me retrouver dans chacun de tes exemples, et dans bien d’autres !

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *