Les déclinaisons latines, une chanson, la honte…

Une tablature

Je ne vous ai encore jamais raconté la honte de ma vie avec un grand H… C’est à propos des déclinaisons latines. Désormais j’en rigole. La honte, c’était plus au départ. Mais en tout cas, je ne m’attendais vraiment pas à un tel succès !

En seconde, âgée de 14 ans, début d’année scolaire : je dois apprendre mes déclinaisons latines. Pas que la première ou la deuxième. Non non. Toutes les déclinaisons latines. De la première à la cinquième avec les modèles pour les différents genres : masculin, féminin et neutre (oui, pour faciliter la tâche, il y a 3 genres en latin).

Déjà que le latin et moi, ça fait deux… Je ne sais vraiment pas quelle idée m’est passée par la tête pour vouloir continuer cette langue au lycée ! Bref. J’ai mes déclinaisons à apprendre par cœur. Je n’ai pas trop de problèmes avec le par cœur, je fais du théâtre depuis de nombreuses années. Sauf que quand je n’en ai pas envie, c’est une autre histoire…

Me voici à me triturer les neurones pour essayer de trouver un moyen cool de les apprendre. Et là, ça fait « ding » dans ma tête : je n’ai qu’à faire une chanson ! Brel l’avait déjà fait pour la première déclinaison, me restait à faire les 4 autres.

Réalisation de la chanson des déclinaisons latines

Pour m’amuser (et aussi un peu pour apprendre), sur un ordinateur, je commence à monter les sons en chantant par-dessus avec le micro de mes écouteurs. Il faut télécharger les musiques en MP3 et après être bien coordonnée lors du chant des « déclinaisons ». Oui, je chante faux, mais peu importe, le son est pour moi seule !

Je choisis des airs, connus pour la plupart : samba, kalinka, french cancan, etc. Ne me demandez pas comment j’ai effectué le choix des airs, je n’en ai aucun souvenir !

Le son terminé, je monte une petite vidéo. Comme ça, je vois les mots en même temps que je les entends (héhé, mémoire visuelle et auditive : y’en a dans ma p’tite tête 😉).

Tout est terminé. Au final, j’ai passé pas mal de temps là-dessus au lieu d’apprendre mes déclinaisons. Je regarde ma vidéo à plusieurs reprises et, à force, les déclinaisons commencent à rentrer. Et encore maintenant, lorsque j’oublie une déclinaison latine, j’essaye de me remémorer l’air et les « paroles ». En somme, ça fonctionne plutôt bien.

Évidemment, au bout d’un moment, mon père me demande ce que je fais. Je lui montre la vidéo et il trouve ça génial. Il trouve ça tellement génial qu’il me dit que je devrais la mettre sur YouTube. Je rechigne. Quelle idée ! Je ne vais quand même pas poster une telle idiotie sur la toile !

Et puis, après tout, ça lui fera plaisir quand même à mon papa. De plus, il n’y aura sûrement que 3 bêta qui tomberont sur la vidéo. Alors autant le faire. Voici ladite vidéo, pour que vous aussi puissiez en profiter ! 😉

Un succès inespéré…

Mais, car il y a un mais, à mon plus grand désespoir, la vidéo fonctionne un peu trop bien… J’en ai un peu honte même : je chante faux, les finitions ne sont pas géniales, le travail est un peu bâclé.

Lorsqu’on tape « déclinaisons latines » sur Google, je me retrouve en 2e page. Si on fait une requête vidéo « déclinaisons » ou « déclinaisons latines » ou encore « déclinaisons latin », je suis la 1re. Pareil dans YouTube, 1re. Pour parler nombre de vues, à l’heure où je vous écris, je dépasse les 14 500 vues. Sur les derniers 28 jours, un peu plus de 1 000 vues.

Depuis le début de la publication, en 2014, j’ai seulement ajouté une image de couverture à la vidéo et modifié la description suite à certains commentaires. C’est tout.

Explication de la réussite de cette vidéo

Encore aujourd’hui, j’ai des difficultés à savoir pourquoi cette vidéo fonctionne si bien. Le référencement joue désormais, mais à la base, elle ne devait pas être très bien référencée… Ma chaîne YouTube n’est pas fulgurante : je m’en tire avec un peu plus de 20 abonnés ! 😂.

Je pense que le format joue : 3 minutes 23. C’est un bon format, ni trop long, ni trop court. Ensuite, peut-être que les airs contribuent à ce mini engouement : plutôt joyeux, entraînants, célèbres pour la plupart. Enfin le côté ludique : la police de caractères n’est pas trop « formelle », des couleurs en arrière-plan, etc.

Oui dernière idée : c’est peut-être quelque chose de recherché, les déclinaisons latines en chanson. Les autres vidéos sur le sujet sont plutôt ennuyeuses (ce n’est pas pour me jeter des fleurs, loin de là… je vous invite à aller jeter un coup d’œil par vous-même).

Si vous avez des idées quant à la réussite de cette vidéo, n’hésitez pas à les poster en commentaires !

Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le partager sur Pinterest 😉

3 Commentaires

  1. au final, j’ai eu raison de te conseiller de le mettre en ligne… 😉 Les papas sont toujours de bons conseil 🙂
    pour les raisons qui font que tu as de la visite, je pense que l’originalité de ta méthode d’apprentissage a du bon et donc, certaines personnes (y compris des enseignants qui doivent conseiller ta vidéo ou l’utiliser en cours) emploient tes refrains pour apprendre leurs déclinaisons 😉

  2. Excellent ! Je me souviens, au collège, avoir appris mes prépositions allemandes sur un air militaire ! https://www.youtube.com/watch?v=Cl190BdZWgU (à partir de 0’15) 🙂 « aus bei mit nach seit von zu……Je m’en rappelle encore !! 🙂
    Au vu de ta présentation et de ton écriture super fine à mon avis tu es une Z, mais aussi une Z comme zèbre (EHP, EIP, ….), non ?
    Bravo en tous cas !
    (de la part d’une Y !)

    1. Bonjour 🙂
      Merci beaucoup pour votre retour ! Je vois tout à fait le genre de la chanson en allemand 😉 Ça correspond à la langue ! 😀
      Quant au Z comme zèbre, je ne sais pas du tout… néanmoins, c’est possible !

  3. Excellent ! Je me souviens, au collège, avoir appris mes prépositions allemandes sur un air militaire ! https://www.youtube.com/watch?v=Cl190BdZWgU (à partir de 0’15) « aus bei mit nach seit von zu……Je m’en rappelle encore !!
    Au vu de ta présentation et de ton écriture super fine à mon avis tu es une Z, mais aussi une Z comme zèbre (EHP, EIP, ….), non ?
    Bravo en tous cas !
    (de la part d’une Y !)

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *