Lycée VS université : des différences à noter

Des personnes étudients

L’université, ce n’est pas tout à fait la même chose que le lycée. Lorsqu’on y débarque, on peut même se sentir un peu perdu. Ma 1ère année vient de se terminer : l’occasion de faire le point.

Je viens de terminer mes examens à l’université la semaine dernière. Et oui, le lycée, c’est bel et bien terminé pour moi. Je suis désormais un double cursus : l’Académie ESJ Lille. C’est-à-dire :

Je précise donc que je parle ici de mon expérience, et que celle-ci peut différer selon le cursus, l’université et le pays.

«Ça change quoi l’université ? Ça ressemble à quoi ? C’est horrible ? C’est cool ? Ou bien c’est stressant ? C’est comment ? Et ça veut dire quoi RU ? BU ? Et CM ? Et…»

Je me suis rendu compte que je me posais beaucoup de questions avant d’arriver à l’université. Et d’autres se posent peut-être les mêmes questions que moi. Voici donc mes réponses.

Une salle de classe de collège/lycée

À l’université, les cours ne ressemblent plus à ça !

Les étudiants

Premièrement, à l’université, on ne parle plus d’élèves, mais d’étudiants.

Ensuite, dans mon lycée, les classes étaient composées d’une trentaine d’élèves. Et les cours avaient lieu en classe entière (et parfois en demi-groupe, soit une quinzaine d’élèves). Quant à l’origine géographique, la majorité des élèves venaient de la métropole lilloise.

À l’université, on est beaucoup plus ! Tout dépend aussi de la licence. Mais en éco gestion, on était environ 600 étudiants répartis en 2 sections. 300 élèves composaient ma section et étaient donc en théorie présents aux cours magistraux (CM) (je dis bien en théorie, car il m’est arrivé d’assister à des CM avec moins de 20 étudiants). Je reviendrai plus en détail sur les CM par la suite.

Une des richesses de l’université : la diversité des étudiants. Les origines sont beaucoup plus « exotiques » qu’au lycée : villes des Hauts-de-France plus éloignées (Berck ou Hénin-Beaumont par exemple), autres régions de France (Île-de-France, Auvergne-Rhône-Alpes), voire autres pays (Burundi, Côte d’Ivoire, Liban, Maroc…). Certains étudiants étrangers viennent pour la 1ère fois en France dans le cadre de leurs études à l’université.

Prise de notes

La prise de notes varie selon les cours et les étudiants. Certains étudiants ont des ordinateurs, d’autres des tablettes, d’autres encore des cahiers ou des feuilles de classeur. Selon les professeurs, les téléphones portables sont autorisés ou non.

La chose la plus perturbante en amphi ? La première fois que les étudiants commencent à taper sur les ordinateurs. Le bruit des clics de clavier est impressionnant ! Mais on s’y habitue très rapidement. 😉

Petit point info : l’amphithéâtre ou amphi est une sorte de salle de théâtre. Mais à la place de la pièce, c’est un cours. Et à la place des acteurs, c’est le prof. Un amphi peut en général contenir plusieurs centaines de personnes.

Personnellement, je trouve que les ordinateurs en amphi ont un côté passionnant. En effet, les étudiants ont beaucoup de créativité pour tout faire sauf écouter le cours : regarder un film (même sans écouteurs : on met les sous-titres), jouer à la belote ou au poker, aller sur Facebook ou autres réseaux sociaux…

Ah oui, à l’université, il y a du wifi gratuit ! Mais il ne fonctionne pas forcément très bien… Beaucoup utilisent donc le partage de connexion lorsqu’on capte dans les amphis (oui, parfois ça ne capte pas…).

Un amphithéâtre de Lille 1

Un amphithéâtre de Lille 1

Est-ce que les professeurs dictent ? Ça dépend. Certains oui, mais beaucoup moins qu’au lycée.

Dans ma licence, la distribution de notes de cours ou de diaporama était relativement courante. Dans certains cas, les CM ne servaient d’ailleurs plus à grand chose : les profs ne faisaient que lire le diaporama ou les notes en cours ! Je sens que je vais me faire taper sur les doigts… 😅 Tout dépend des profs on dira. 😉 Et puis, aller en CM, c’est toujours utile si on a des questions. 😶

L’organisation de l’année

Au lycée, l’année est divisée en trimestres. À la fac, c’est différent : l’année est organisée en semestres (en gros, on coupe l’année en 2) de 3-4 mois à tout casser. Et à la fin de chaque semestre, on passe des examens : les partiels.

Les universitaires aiment bien tout abréger. On abrège donc les semestres comme suit :

  • le S1 : 1er semestre de 1ère année (= semestre 1)
  • suivi du S2 : 2e semestre de 1ère année (= semestre 2)
  • le S3 : 1er semestre de 2e année (= semestre 3)
  • suivi du S4 : 2e semestre de 2e année (= semestre 4)
  • le S5 : 1er semestre de 3e année (= semestre 5)
  • suivi du S6 : 2e semestre de 3e année (= semestre 6)

Les cours

À l’université, il y a 3 types de cours :

  • les cours magistraux (CM)
  • les travaux dirigés (TD)
  • les travaux pratiques (TP)

Les CM ont lieu en amphi. Ils peuvent avoir des durées variables (de 1 h 30 à 3 h 00 en général).

Les TD ont lieu dans une salle de classe semblables à celles du lycée (parfois plus grandes). On est donc en plus petits groupes (de 30 à 50 élèves). Pour moi, ils duraient 1 h 30.

Je n’ai jamais eu de TP dans ma licence, mais dans d’autres disciplines (biologie, physique, chimie…), il y en a.

On pourrait ajouter à cette liste les conférences obligatoires : comme un CM, mais ponctuel (avec des intervenants spécifiques).

Les examens

Un semestre, c’est donc une dizaine de semaines de cours, 2-3 semaines de révision, puis 1 à 2 semaines de partiels. Passer les partiels, c’est un peu comme passer le bac… 2 fois par an !

Bon, ne vous dites pas «Oh, c’est vraiment horrible ! Être stressé 2 fois par an comme pour le bac… comment je vais faire…». Tout dépend des individus ! Pour mes premiers partiels, oui, j’étais hyper-stressée. Mais pour les 2èmes déjà beaucoup moins.😄 En plus, certains trouvent les partiels beaucoup moins stressants que le bac !

Pour les examens, il y a une partie de contrôle continu : des DS en cours de semestre et des petites interro en TD. Les DS de l’université ne ressemblent pas à ceux du lycée (ils sont beaucoup plus officiels à l’université).

Les interro, voire même les partiels sont parfois des QCM. C’est un peu piège, car parfois -souvent- on peut être pénalisé par des points négatifs (pour les mauvaises réponses).

Et en dehors de ces épreuves, c’est à nous de nous mettre au travail. Les enseignants ne sont pas toujours derrière notre dos pour nous le rappeler.

Mon emploi du temps : une semaine type à l'université

Une semaine type à l’université

L’emploi du temps

Les cours changent à chaque semestre, donc l’emploi du temps change aussi. Selon les licences, les emplois du temps sont plus ou moins légers. En éco gestion, avec ma filière ESJ, nous avions cours le matin et seulement 2 après-midi par semaine la plupart du temps.

On peut se dire : « Super, plein de temps libre ! » Mais en réalité, beaucoup d’étudiants ont un job à côté pour pouvoir payer leurs études. De même, on est censé avoir plus de travail à la maison qu’au lycée.

Je n’y comprends rien…

Licence ? Master ?

Lorsque j’étais au lycée, je trouvais le système universitaire très complexe… Licence ? Master ? Ça correspond à quoi ? Mais après quelque temps à l’université, on en devient très familier. Petit résumé si vous êtes aussi perdus :

  • licence = Bac +3 : directement après le lycée, en 3 ans
    • la L1 : 1ère année de licence
    • L2 : 2e année de licence
    • L3 : 3e année de licence
  • master = Bac +5 : après la licence, en 2 ans
    • M1 : 1ère année de master
    • M2 : 2e année de master
  • doctorat = Bac +8 : après le master, en 3 ans (et 1 thèse = un long écrit au terme d’un travail de recherche)
    • je n’ai jamais croisé les abréviations pour les années de doctorat, mais il semble que ce soit D1, D2 et D3, sur le même modèle que ci-dessus
Une personne dans une bibliothèque

La BU est une bibliothèque universitaire

Des petites expressions

Les universitaires ont tendance à tout abréger, si bien que ça devient très rapidement incompréhensible pour une personne lambda. J’ai déjà fait le tour de quelques abréviations, mais il en reste encore :

  • La BU (se dit « bé-u ») correspond à la bibliothèque universitaire. C’est la même chose que le CDI du lycée, une bibliothèque en somme : on peut y travailler et emprunter des livres.
  • Les RU (se dit « rue ») sont des restaurants universitaires. En gros des restaurants pas très chers. Certains aiment, d’autres non… Il faut tester !
  • Les UE sont les unités d’enseignement. Par exemple, en éco gestion, j’ai une UE « gestion et management » (et au total, j’ai 5 – 6 UE différentes). Chaque UE comprend plusieurs cours. Pour l’UE gestion et management, au S2, j’avais 2 cours : théorie des organisations et comptabilité générale.

J’ai essayé d’expliquer le maximum de choses. Mais si par mégarde j’ai oublié un point ou que vous avez une question spécifique, n’hésitez pas à poster un commentaire ! 😉

Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le partager sur Pinterest 😉

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *