Mardi gras en Lituanie : Užgavėnės ou le carnaval lituanien

CC Flickr Evaldas Liutkus https://flic.kr/p/7DsEih

Dans la soirée du 5 mars, j’ai pris part aux célébrations d’Užgavėnės sur la colline de Tauras à Vilnilus (Lituanie). Užgavėnės correspond au Mardi gras. Mais le but principal des festivités, c’est de chasser l’hiver et d’accueillir le printemps.

Užgavėnės se tient le jour avant le Mercredi des cendres, ce qui correspond à Mardi gras en France. En Lituanie, ce jour n’est pas férié. Aussi, on le célèbre parfois durant le week-end précédent.

À l’origine, Užgavėnės est un festival agricole, mais au début du XXe siècle, il s’est urbanisé. Et désormais il est célébré par de nombreux Lituaniens (même ceux résidant à l’étranger !). Précisons qu’il s’agit à la base d’une fête païenne, mais qui se trouvera rattaché au christianisme par la suite.

Où célébrer ? Un peu partout en Lituanie, sur la place principale des villes et villages. Toutefois, la « capitale » d’Užgavėnės n’est pas Vilnius, mais le Musée de Plein Air de Lituanie situé à Rumšiškės, pas loin de Kaunas. C’est l’endroit qui attire le plus de participants.

Beaucoup de traditions énoncées dans cet article sont d’origine samogitienne (de Samogitie, la région au Nord-ouest de la Lituanie).

Déguisements et masques : ça ressemble au carnaval

Comme pour le carnaval en France, en Lituanie, on se déguise et on défile. Et c’est une vieille tradition : certaines sources de la fin du XIXe – début du XXe siècle mentionnent que les femmes se déguisaient en homme et les hommes en femmes, et allaient rendre visite à leurs voisins.

L’essentiel lors de cette journée est de s’habiller d’une manière différente de tous les jours. Et l’idée principale est d’effrayer l’hiver (soyons laids et assumons 😛).

On trouve donc des masques plus grotesques les uns que les autres (fabriqués en écorce, peau de mouton ou autre, crânes d’animaux, papier, carton…). Mais outre les démons et sorcières, les principaux sont :

  • ours
  • crâne
  • cavalier à cheval
  • la Mort
  • chèvre
  • médecin

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par DELFI.lt (@delfilietuva) le

Ci-dessus, quelques photos des festivités sur la colline de Tauras, où j’étais. D’ailleurs, j’apparais sur une photo. Me retrouverez-vous ? 😄

Dans les défilés, on trouve aussi d’autres personnages costumés. Ils représentent des groupes ethniques qui, dans la communauté agricole, symbolisaient les « autres » : les personnes qui exerçaient des professions non-agricoles. Comme :

  • Tsiganes
  • Hongrois : connus pour être médecins, dans les processions, ils proposent de vérifier l’état de santé des gens et de leur vendre des médicaments
  • Juifs : connus comme marchands, ils essaient de vendre des choses aux gens lors des défilés
  • mendiants

Ainsi que trois figures emblématiques :

  • Lašininis et Kanapinis
  • Morė

Je reviendrai plus tard sur ces deux derniers points.

Et la nourriture ?

Il est de coutume de manger 7 à 12 fois pendant cette journée (et des choses grasses !) afin de se préparer au mieux pour affronter le carême : pois, beignets, œufs, koldūnai (raviolis locaux), šaltiena (aspic lituanien, à base de porc), kiunkė (ragoût de viande et de pommes de terre)…

Mais le roi demeure le blynai ou blini en français. Peu importe qu’ils soient nature, au varskė (lait caillé) ou à base de pommes de terre, l’essentiel, c’est leur forme : ronds, comme le soleil qui va venir avec le printemps. Étonnement, il semble que cette tradition soit plutôt récente : elle serait apparue dans la seconde moitié du XXe siècle.

CC Unsplash Brigitte Tohm https://unsplash.com/photos/EIJD83grkK0

Miam, des blinis !

Lors d’Užgavėnės, les enfants et adolescents sonnent aux portes pour demander des blynai et du café. Si blynai il n’y a pas, alors on doit sortir le porte-monnaie et donner de l’argent. Bon, les enfants sont quand même tolérants et acceptent aussi les bonbons et les fruits. Un air de ressemblance avec Halloween… 😉

Chasser l’hiver, telle est l’idée !

La destruction de Morė

Une poupée de chiffon ou de bois représentant une figure féminine : voici Morė (ou Kotrė), l’effigie de l’hiver. On peut la rattacher à Morana, déesse slave de l’hiver (mais aussi des cauchemars et de la mort).

L’un des événements lors d’Užgavėnės consiste à brûler cette poupée. Bon, en réalité, l’essentiel est de la détruire, donc on peut aussi la noyer par exemple. Pourquoi ? Pour que le printemps revienne plus rapidement, pardi !

Pendant ce temps, on danse des danses traditionnelles. Et lorsque la poupée brûle, on lui crie « Žiema, žiema, bėk iš kiemo ! », qui signifie « Hiver, hiver, fuis ! »

Le combat entre Lašininis et Kanapinis

Deux autres personnages important lors d’Užgavėnės sont Lašininis et Kanapinis.

Lašininis (on pourrait traduire par porcinet) représente un homme obèse. Il personnifie la satiété et symbolise la période de Noël au mardi gras, ou plus simplement l’hiver.

Kanapinis (traduction : homme de chanvre) représente un homme très mince. Il personnifie le jeûne et symbolise la période du mercredi des Cendres à Pâques, ou plus simplement le printemps.

La tradition veut que Kanapinis combatte Lašininis, puis le vainque (le printemps l’emporte sur l’hiver). Kanapinis et Lašininis peuvent avoir des équipes qui s’opposent dans une épreuve de tir à la corde (chacun tire une extrémité de la corde).

Allez, je vous montre tout ça en image dans une petite vidéo :

On dit…

On dit que si on mange bien à Užgavėnės, on sera rassasié toute l’année. Et si on travaille toute la journée d’Užgavėnės (pas vraiment le temps de fêter dans ce cas), il n’y aura pas de repos pendant l’année et le travail ne sera pas terminé.

Pour en savoir plus sur l’histoire du festival et son évolution au fil des ans (en anglais), je vous conseille Užgavėnės: a rural and urban, religious, socialist, and Lithuanian festival of Shrovetide.

Comment se déroulent les festivités de Mardi gras dans votre pays ?

1 Commentaire

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *