Prendre en photo des aurores boréales

Voir une aurore boréale, c’est bien. La photographier, c’est aussi cool. Le léger voile verdâtre de la réalité se transforme en vert bien pétant en photo ! Pour tout vous dire, de ce que j’ai vu, les photos d’aurores boréales sont bien plus impressionnantes que la réalité. Et c’est normal, car certaines couleurs de l’aurore boréale ne sont pas visibles à l’œil nu.

Pour photographier des aurores boréales, il vous faudra un pied. Ou alors, comme moi, vous avez oublié votre pied (ou n’y avez pas pensé) et vous improvisez… Par exemple, un verre qu’on enfonce dans la neige et dans lequel on dépose l’appareil photo avec le retardateur fait un très bon pied de fortune ! Bon, ça fonctionne avec un compact (les « petits » appareils photo), avec un reflex (les « gros » appareils photo) vous aurez plus de mal…

Ma toute première photo d'aurore boréale, sans pied… floue !

Ma toute première photo d’aurore boréale, sans pied… — ©cladelcroix

Pour prendre la photo, il faut se mettre en mode manuel. Celui-ci nous permettra de régler 3 choses : la sensibilité du capteur, l’ouverture et la vitesse. Notons tout de suite que ces 3 réglages sont liés. Si l’on en modifie un, on doit régler au moins l’un des 2 autres. Par exemple, si on indique que la sensibilité est de 400 IS0 pour une ouverture à F8 à une vitesse de 2 s, l’exposition sera identique pour une photo prise en 800 ISO, avec la même ouverture, mais à une vitesse de 1 seconde.

Comme il fait sombre pour la prise de vue des aurores boréales, notre but premier est de faire entrer de la lumière, beaucoup de lumière, en jouant sur ces 3 réglages.

En résumé : une photo d’aurores boréales

Si vous savez déjà bien utiliser votre appareil photo et que ses réglages ne vous sont pas inconnus, inutile de lire les sections suivantes. Arrêtez-vous à cette liste à puce. Rien de vous empêche de tout de même jeter un coup d’œil aux autres astuces, elles peuvent toujours être utiles ! Pour les autres, vous pouvez sauter cette section et y revenir à la fin si besoin 😉

  • Fixez l’appareil photo sur le pied, orientez-le de la manière souhaitée
  • Réglez
    • les ISO : 800, 1 600 ou 3 200
    • l’ouverture : F1.4 ou F2.8 (ou le plus petit possible)
    • la vitesse : 10, 15, 30 secondes (et tous les intermédiaires possibles)
    • le retardateur : 2 secondes
  • Déclenchez (et ne bougez surtout pas le pied pendant la prise de vue !)
  • J’ai failli oublier, dernier conseil : ne vous placez pas dans le champ de vision de l’appareil photo pendant le temps de pose 😉
Ne pas oublier la possibilité d'intégrer d'autres éléments dans le paysage lors de la prise de vue

Ne pas oublier la possibilité d’intégrer d’autres éléments dans le paysage lors de la prise de vue — ©cladelcroix

Les ISO

La sensibilité ISO (International Standard Organization) correspond à la sensibilité du capteur de l’appareil photo à la lumière. Une forte sensibilité ISO accepte des prises de vue avec moins de lumière. Mais, en contrepartie, plus on augmente le nombre d’ISO, plus le bruit (le grain) apparaît sur l’image.

Ici, dans notre cas des aurores boréales, comme il fait nuit, il faut choisir soit 800, 1 600 ou 3 200 ISO. Tout dépend de votre appareil et de la qualité finale que vous souhaitez obtenir.

L’ouverture

Lorsqu’on règle l’ouverture sur un appareil photo, c’est le même mécanisme que la pupille de l’œil : elle laisse entrer plus ou moins de lumière. Quand il fait clair, la pupille est petite, elle ne laisse pas entrer beaucoup de lumière. A contrario, lorsqu’il fait nuit, la pupille est grande ouverte, dilatée : elle laisse entrer un maximum de lumière.

Même principe avec un robinet : vous l’ouvrez largement et beaucoup d’eau coule, vous l’ouvrez peu et un filet coule.

L’appareil photo fonctionne de la même manière. Une petite ouverture (un grand chiffre, oui, c’est illogique…) est utilisée s’il y a beaucoup de lumière. Une grande ouverture (un petit chiffre, toujours contre logique…) quand il y a peu de lumière.

L’ouverture joue en liaison avec la mise au point également sur la profondeur de champ. Grosso modo, plus l’ouverture est petite, plus il y a de profondeur de champ (la zone de netteté autour de la distance de mise au point est grande) et plus elle est grande, moins il y a de profondeur de champ (le fond paraît rapidement flou).

Pour une photo de nuit, la profondeur de champ importe peu et nous avons besoin d’une grande ouverture, donc un petit chiffre. F1.4 ou F2.8 est bien pour nos photos d’aurores boréales. Si vous n’avez pas aussi grand, prenez la plus petite valeur possible de votre objectif.

La vitesse

Un exemple de photo à vitesse rapide

Un exemple de photo à vitesse ultra-rapide

Dernier réglage : la vitesse. Le concept de vitesse est le plus facile à comprendre. La vitesse est donnée en secondes. Ainsi, une photo au 1/100e signifie 1 centième de seconde. Lorsqu’on prend une photo, on laisse entrer la lumière pendant un certain temps dans le boîtier. C’est ce temps que nous réglons.

Il existe un lien entre la vitesse et l’ouverture : le couple ouverture-vitesse (qui correspond à l’exposition). Par exemple : 1 s à F1.8 correspond à 0,5 s à F1.4.

Une autoroute de nuit, la vitesse lente permet de "dessiner" des traits avec les phares des voitures

Un exemple de photo prise à une vitesse lente : l’appareil a le temps de saisir la trajectoire des voitures

Pour une image figée (sportif en action par exemple), on va prendre une très grande vitesse, 1/1 000e par exemple. Mais si on veut voir, la nuit, les phares des voitures former des « traits », on va choisir une vitesse lente, 15 secondes par exemple. Cependant, il faut un pied pour les poses longues, sinon la photo risque d’être floue. Impossible de tenir son appareil photo à la main 15 secondes sans bouger (même 1 s) !

Si vous avez bien suivi, vous avez deviné ce que nous allons devoir utiliser pour prendre nos aurores boréales en photo. 😉 Une vitesse lente : 10 à 30 secondes !

Attention aux possibles sources de pollution lumineuse : la ville, ou même la lune !

Attention aux possibles sources de pollution lumineuse : la ville, ou même la lune ! — ©cladelcroix

Autres astuces d’après mon expérience

  • Utilisez un retardateur, même si vous avez un pied. Choisissez 2 secondes de retardement, vous éviterez de bouger l’appareil au moment du déclenchement.
  • Prévoyez de quoi vous couvrir. En journée, il fait peut-être 2°C dans le « Grand Nord »(parfois, -10°C aussi), mais la nuit ça descend fort ! Pour prendre une seule photo, ça prend du temps. On attend beaucoup. Alors le maître-mot, c’est avant tout d’avoir chaud !
  • Un autre effet du froid à ne pas oublier : les batteries se déchargent plus rapidement qu’à la normale. Je n’ai pas eu trop de problèmes avec mon appareil photo, mais mon portable y a eu droit : en 5 minutes, il est passé de 90 % à 10 %…

Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le partager sur Pinterest 😉

1 Commentaire

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *