Le procès de l’école

Les prises de notes restent inchangées, de la génération de mes grands-parents (et auparavent) à ma génération, la gen ZLes prises de notes restent inchangées, de la génération de mes grands-parents (et auparavent) à ma génération, la gen Z — Crédit photo : Clara Delcroix

Souvent, je stigmatise l’école, le système scolaire français (par exemple, lors d’une série de critiques de l’Éducation Nationale). J’explique également de façon fréquente que j’appartiens à la génération Z, la « gen Z ». Alors on pourrait tout naturellement penser que ces 2 faits sont reliés, à l’exclusion de tout autre. Et pourtant, je suis bien loin d’être la seule à critiquer ce système désuet

Récemment, en surfant sur le web, j’ai découvert une vidéo qui décrit le(s) problème(s) de l’école.

L’homme dénonçant le système scolaire actuel est un rappeur et activiste américain surnommé Prince EA. Né en 1988 dans le Missouri, il appartient à la génération Y. Il est diplômé de l’université du Missouri et se décrit lui-même comme « poète, réalisateur et speaker ».

Malheureusement, bien que je publie cet article dans Mondoblog, une référence dans la défense de la langue française sur Internet, cette vidéo est en anglais 😢

Toutefois, les éléments les plus importants sont facilement compréhensibles : les titres et images aidant 😉

Il existe bien sûr des différences entre les systèmes scolaires à travers le monde. Cependant, entre certaines écoles, elles sont minimes, ou ne concernent que certaines parties du système.

Par exemple, entre la France et l’Allemagne, on notera une grande différence entre les emplois du temps : nombre d’heures par jours, de jours de cours par semaine ou encore la durée et la périodicité des vacances. Mais le contenu des cours reste somme toute sensiblement le même.

Aussi, cette vidéo concernant un système étranger peut très bien s’appliquer à l’école française !

Petit résumé de la vidéo pour ceux qui ne parlent pas « english »

La critique commence par une citation d’Einstein :

«Everybody is a genius. But if you judge a fish by its ability to climb a tree, it will live its whole life believing that it is stupid.»

Traduction : «Tout le monde est un génie. Mais si vous jugez un poisson par sa capacité à grimper un arbre, il va vivre sa vie entière à croire qu’il est stupide». La métaphore se file : l’école ne fait pas seulement grimper les poissons aux arbres, elle les fait descendre de celui-ci et courir une course d’une quinzaine de kilomètres.

Le procès contre le système scolaire se poursuit. Certains enfants nagent à contre-courant dans leur classe : ils ne trouvent pas leur(s) talent(s), pensent qu’ils sont stupides, croient qu’ils sont inutiles… L’école tue la créativité, la personnalité, c’est un abus intellectuel ! L’école transforme des millions de personnes en robots.

Deux cerveaux ne sont jamais identiques (ce ne sont pas les scientifiques qui diront le contraire…). Alors pourquoi enseigner la même chose de la même façon ? Un prof se trouve devant 20 élèves (en France, plutôt 35). Chacun d’entre eux possède différentes forces, différents besoins, différents talents et différents rêves. Imaginez si un médecin prescrivait exactement le même médicament à tous ses patients quelque soit leur maladie, le résultat serait tragique…

Aussi, l’existence d’un tronc commun semble critiquable : les maths sont importantes, mais pas plus que l’art ou la danse !

Une école « old-style »

La vidéo présente différentes comparaisons :

  • un smartphone et un téléphone vieux de 150 ans (grande différence, non ?),
  • une voiture actuelle puis  une carriole à cheval vieille de 150 ans (encore une fois, l’évolution et la technologie sont passés par là !),
  • et enfin, une salle de classe moderne et une classe âgée de 150 ans.  (Même salle de classe, même élèves assis, même enseignant sur l’estrade…)

Entre ces deux dernières images, il n’existe aucune différence fondamentale… N’est-ce pas une honte ? En plus d’un siècle, rien n’a changé !

De là peut se poser la question : l’école prépare-t-elle les étudiants pour le futur ou le passé ?

Les enseignants, comme à la fin du XIXe siècle, sont formés pour apprendre aux gens à travailler dans des usines : ils placent les élèves en rangs serrés, leur disent de s’asseoir calmement et de lever la main pour poser une question. On leur dit quoi penser 8h/jour et ils ont une petite pause pour manger.

Cependant, le monde à évolué, progressé, innové. Ne parle t-on pas de la révolution informatique comme d’une révolution similaire à celle de l’imprimerie ? Désormais, nous avons besoin d’humains qui pensent de manière créative, critique et de façon autonome !

Nous pouvons personnaliser une voiture ou une page Facebook. Nous devrions pouvoir faire de même pour l’éducation.

Des pays tels que la Finlande proposent des choses impressionnantes au regard des autres pays : des journées moins chargées, pas de devoirs à la maison, un focus sur la collaboration plutôt que la compétition, un suivi réellement individualisé des élèves. Et, en plus, elle surpasse tous les autres pays en terme d’éducation (selon la vidéo) !

De là s’ensuit une vérité inébranlable : les étudiants représentent 20 % de la population, mais 100 % de notre futur.

7 Commentaires

  1. Superbe analyse Clara!
    J’ai vu dernièrement une émission sur une communauté au États-Unis où il n’ y a pas d’école. Les enfants sont libres d’apprendre ce qu’ils veulent ou ce qu’ils aiment à leur rythme. Mais certains aspects de cette méthode d’apprentissage restent discutables.

    Dans tous les cas beaucoup de choses doivent être améliorés comme tu le souligne et adaptées à l’aire du temps.

  2. Article intéressant. Voici un morceau choisi très édifiant : « Certains enfants nagent à contre-courant dans leur classe : ils ne trouvent pas leur(s) talent(s), pensent qu’ils sont stupides, croient qu’ils sont inutiles… L’école tue la créativité, la personnalité, c’est un abus intellectuel ! L’école transforme des millions de personnes en robots. »

    Mais, ce qui encore plus intéressant c’est que tout les systèmes éducatifs au monde, sauf les exemptions que tu as mentionnées, sont calqués de cette manière. Tout le billet ne traite que de ça, alors que j’aurai souhaité que tu développes le nouveau système de tes rêves. Cela devrait être l’ossature de ton développement au lieu de traîner longuement à expliquer les défaut du vieux système. Sauf le cas de la Finlande a été mentionné en guise de conclusion.

    Pour ce qui concerne le fond de ce nouveau système, je pourrai y revenir si le temps me le permet.

    Salut!

  3. Belle analyse.

    L’école doit en effet évoluer. Selon moi, elle doit s’adapter au contexte. On ne devrait par exemple pas enseigner de la même façon au Cameroun et en France à cause des différences culturelles, linguistiques etc.

    La difficulté, à mon avis c’est de définir avec exactitude la formule adéquate à appliquer pour ne pas se retrouver en train de léser certains élèves moins doués ou pas intéressés par certaines matières.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *