AfroFoods, quand la nourriture africaine et son fast-food débarquent à Lille !

Le Guinéen Lalmas CAMARA a eu une idée de génie : ouvrir AfroFoods, le premier fast-food africain de Lille. Il a accepté de me recevoir autour d’un verre de bissap pour m’en dire un peu plus.

Lalmas CAMARA a 26 ans. Ce Guinéen est venu en France pour obtenir un master en informatique. Pas grand chose à voir avec la restauration, non ? Pourtant… Plus il y réfléchit, et plus il se dit que ses études lui ont été utiles.

Toutefois, il ne manque pas de s’exclamer :

Si t’as envie de lancer quelque chose, do it, fais-le, et puis tu apprendras sur le tas.

La naissance d’AfroFoods

Un jour, alors qu’il sort d’un match de foot, ses amis lui proposent d’aller manger dans un fast-food. Ce monde de la restauration lui est nouveau : c’est la première fois qu’il va manger au restaurant d’une façon générale.

Il ne connaît donc pas les fast-foods. Et très rapidement, il est impressionné par la rapidité et l’organisation de ce type d’établissements, notamment de KFC.

Lui vient alors l’idée de faire la même chose avec de la nourriture africaine. Et 8 ans, plus tard, en 2018, c’est AfroFoods qui débarque sous la forme d’un restaurant (mais qui a manqué d’être un food truck) ! 😊

La question de l’endroit du fast-food ne s’est pas posée longuement : Lille est la seule ville française dans laquelle il a vécu. Alors pourquoi aller ailleurs ?

Cependant, en perspective, il souhaite installer l’enseigne AfroFoods dans d’autres villes françaises dans un premier temps, puis dans le BENELUX puis l’Europe… et pourquoi pas le monde entier.

L’Afrique s’installe dans les assiettes


Au point de départ, la tante de Lalmas CAMARA cuisinait seule pour le fast-food. Mais rapidement, 2 nouvelles cuisinières ont été embauchées. Sa tante supervise toujours : cela permet de conserver une unité des goûts et des saveurs.

Les plats proposés par AfroFoods

À AfroFoods, 3 plats sont servis chaque jour sauf le lundi :

  • le mafé : sauce beurre de cacahuètes, avec du bœuf et du riz
  • le yassa : sauce aux oignons, avec du poulet et du riz
  • le tieb : spécialité sénégalaise, le riz cuit dans la sauce

Mais des nouveautés arrivent. La première semaine de chaque mois, une 4e spécialité africaine est proposée. Par exemple, cette semaine, c’est l’attiéké (spécialité ivoirienne, à base de semoule de manioc et de poisson).

En bonne européenne, je me dis que la cuisine africaine est épicée. Mais ici, pas de soucis : les épices sont cuisinées séparément !

Les accompagnements

On peut en complément de ces plats manger un accompagnement comme des :

  • alokos : bananes plantains frites
  • pastels : petits chaussons à la viande (d’autres garnitures ne devraient pas tarder à arriver : thon, végétarien…)
Organisation, rapidité, mais surtout des plats mijotés longtemps : telles sont les clefs de la réussite d'AfroFoods !

Organisation, rapidité, mais surtout des plats mijotés longtemps : telles sont les clefs de la réussite d’AfroFoods !

Le dessert

Pour l’instant seul le hamza, proche du thiakry, est proposé en dessert. Il s’agit d’une spécialité guinéenne à base de perles de pâtes, de crème fraîche et de fromage blanc.

Les boissons

Côté boisson, outre les habituels sodas, on peut rester sur des saveurs africaines, avec au choix :

AfroFoods, un succès mérité

Dans le prévisionnel à la création du restaurant, par jour, il était prévu 30 couverts. Mais ce sont 100 à 150 gourmands qui viennent quotidiennement !

D’ailleurs, le samedi de l’ouverture, après 25 minutes, le restaurant était en rupture de stock !

Et quand on pense qu’aucune banque n’a suivi Lalmas CAMARA dans son projet au départ… 😄

Et chez vous, y a-t-il des fast-foods africains ? Que pensez-vous du concept, du choix des plats ?

Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le partager sur Pinterest 😉

 

1 Commentaire

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *