Bac blanc ? Se changer les idées en 5 astuces

Une fille semble s ennuyer devant un livre, bac blanc à l'horizon ?

La semaine dernière, j’avais mon premier bac blanc en Terminale. C’est tout simplement horrible. 

On passe 4 heures dans une salle (voire 5 parfois ! Et encore… Je n’ai pas de tiers temps comme ma soeur Dys). La salle est fermée (bon, pas à clefs, mais on n’en est pas loin). Quelques fenêtres permettent de percevoir un peu de lumière de l’extérieur.

Seul, face à ta table, avec ta feuille comme seule amie, tu tritures tes neurones (c’est le but, non ?), qui au bout d’un moment – disons le clairement – ne te répondent même plus (je sais, on va encore dire que les jeunes de mon âge, ceux de la gen Z, n’arrivent pas à se concentrer longtemps… Euh, mettez-nous devant un jeu intéressant et on en reparle 😉) !

Je n’ai rien contre réfléchir, étudier et analyser. Au contraire, je dirai même qu’en général, j’aime cela.

Aussi, je trouve qu’il est important de se changer l’esprit pendant les épreuves elles-mêmes de ce pseudo-examen. Un peu comme si l’on utilisait la technique Pomodoro : 25 minutes de travail, 5 minutes de pause pour gagner en efficacité.

Voici 5 suggestions pour aérer votre esprit et votre corps (toutefois, elles sont à prendre avec humour).

Manger

Vous savez, la personne qui fait du bruit avec son sachet, puis du bruit avec son papier d’alu, puis du bruit parce qu’elle mange, puis parce qu’elle boit. Et bien, cette personne, c’est moi ! 😃J’essaie tout de même de me faire la plus discrète possible, pour ne pas déranger mes camarades (héhé, je vous ai vu venir !).

Habituellement, les élèves commencent à manger au bout de 2 heures d’épreuve. Mais moi, c’est au bout de 10 minutes ! En effet, 10 minutes après le début, le désespoir commence à me gagner.

C’est à ce moment que je me dis que vraiment, mais vraiment, je ne vais jamais réussir à les écrire ces 5 p****** de pages sur « Peut-il être juste de désobéir à la loi ? » en philosophie (vous avez vu, je n’ai pas mis « philo » pour me faire bien voir par les enseignants de cette matière qui jugent que cela veut seulement dire « j’aime » alors que philosophie, beaucoup plus noble signifie « j’aime penser »).

Ah oui, j’ai failli oublier… 5 pages pour qui ? Avec quelle écriture ? En fonction de quels critères ? Sournoisement, ce n’est pas imposé… mais très fortement suggéré ! « 8 pages, on voit que l’élève a bossé, 3 pages, son travail est bâclé ! »

Mais revenons à mon désespoir. Je mange, pour oublier… ou plutôt pour puiser l’inspiration dans la nourriture ! Jusqu’à présent, cette technique fonctionne bien, car une fois ma collation terminée, en général, les idées accourent et je remplie allègrement mes 5, 6, 7… pages. Enfin, à la condition que 20 minutes plus tard, je puisse continuer ma collation…

Je ne vous raconte pas la tête des profs lorsqu’ils m’ont vu débarquer avec ma salade de pâtes dans ma lunch box le mercredi. J’ai commencé à manger à 11 h, il restait 2 heures d’épreuve…

Ils n’ont rien trouvé de mieux que de nous mettre le banc blanc le jour du cross académique auquel j’étais qualifiée… Oui, j’ai un esprit sain dans un corps sain 😉 Bref, un cross l’après-midi cela se prépare dès le matin avec l’assimilation de sucres lents ! Je voulais avoir le temps de digérer, moi. On courait à 14 h 30…

Mais ça les a bien amusés, les profs, je crois. Les élèves aussi d’ailleurs. Certains d’entre eux me regardaient l’air de dire : « T’es sérieuse, là ?« . Un des enseignants est même venu me souffler « Bon appétit !« . Ça fait toujours plaisir de pouvoir donner le sourire à toutes ces têtes mornes et ternes. Je ne comprends d’ailleurs pas pourquoi autant de têtes d’enterrement pour un bac blanc !

Aller faire pipi

Vécu pendant le bac blanc, mardi, 8h50 ou peut-être 55 :
– « Madame, est-ce que je peux aller aux toilettes ?
– Non, il n’est pas encore 9h, il faut attendre 1h après le début de l’épreuve…
– Ah, d’accord… »

Vous avez enregistré ? L’astuce du pipi pour se changer les idées lors du bac blanc ne fonctionne que 1 heure après le début de l’épreuve… Et ne me demandez pas pourquoi, c’est comme ça ! Certainement pour éviter la triche (mais dans ce cas pourquoi autoriser le « pipi » ensuite ?). Si tu as envie de faire pipi la première heure, tu te retiens…

Cela choque nos ami(e)s allemands qui peuvent, par exemple, se rendre aux toilettes sans problème pendant les cours ! La plupart des allemand(e)s que je connais et qui ont passé un séjour dans une école française ont tous rencontré des difficultés avec le fait qu’on ne puisse se rendre aux toilettes qu’à l’intercours.

Dans la salle d’examen, j’ai l’impression qu’il y a un coin pipi. Généralement, les gens vont une fois aux toilettes. Mais dans le coin pipi, les personnes vont « 5 fois » aux toilettes pendant l’épreuve !

Bien sûr, comme moi, on peut aller faire pipi sans en avoir envie. Bon du coup, on ne va pas vraiment faire pipi. On fait juste l’aller-retour toilettes-table pour dégourdir nos petites pattes toutes endormies par le fait d’être resté pendant ô je ne sais combien de temps assis.

Chercher une position confortable

Pour le confort, il faudra repasser…  Les chaises de l’Éducation Nationale ne sont pas ce qu’il y a de plus confortable… Il faudrait peut-être leur suggérer d’investir dans des sièges ergonomiques. Ils n’en ont peut-être tout simplement pas eu l’idée… ou les moyens 🙂

En plus, je pense que ça leur permettrait d’obtenir de meilleurs résultats aux examens. Lu sur le net : « Une mauvaise posture peut avoir des répercussions sur le système nerveux« . Je continue la lecture de mon article, et je peux vous assurer que le confort des élèves devrait être une priorité ! « Maux de tête, étourdissements, vertiges, perte d’énergie et de concentration sont effectivement des conséquences reliées à une mauvaise position du corps« .

Alors, pour vous, j’ai un peu tout essayé ! 😉 En tailleur (Ne pas oublier d’enlever les chaussures, si on veut le confort, autant y aller à fond ! On le veut notre bac, non ?), à genoux, recroquevillée (pas facile sur une chaise…), et puis toutes les possibilités assise : jambes croisées, affalée sur la chaise, droite comme un i, affalée sur la table, etc.

Malheureusement, aucun test ne fut réellement concluant… L’engourdissement et les fourmis se font toujours ressentir après un certain temps… Vous l’avez compris, pour réussir il faut, souffrir…

Regarder les autres

On n’est pas vraiment tout seul en bac blanc, je vous ai menti. En réalité, on est seul dans une multitude. Nous sommes entourés par énormément de gens ! Du coup, ça fait du monde à observer.

Il y a les lycéens qui réfléchissent d’une manière inspirée et ceux qui réfléchissent d’une manière dépitée. Il y a les gens qui ont abandonné avant même d’avoir commencé. Puis les gens qui écrivent tellement que tu te demandes s’ils ne vont pas finir par sortir un roman pendant l’épreuve du bac… blanc.

Et il y a les copains de nourriture, ceux qui mangent. Les déshydratés qui boivent. Les petites vessies qui vont faire pipi. Et ceux gentils, qui te font coucou, qui te sourient (même quand tu ne les connais pas), et ceux qui te font un clin d’œil (en général, tu les connais ceux-là).

Et pour terminer, LA personne qui croise ton regard. Ses petits yeux tout humides te regardent, consternés. Son air désolé, brisé, désespéré, fatigué, dégoutté, perdu, écœuré, lassé, démoralisé, accablé, découragé, abattu – et j’en passe… – ne contribuent qu’à te déprimer un peu plus…

Regarder les enseignants par contre n’est pas un bon plan. N’attends pas de réactions et de compassion de leur part… par principe, un prof qui surveille les épreuves du bac blanc est stoïque ou pire, certains sont même « graves flippants », ils scrutent le moindre de tes gestes.

Sommeil et méditation

Je dois l’avouer, c’est fatiguant les bacs blancs… J’ai calculé. Sur la semaine de mon bac blanc, j’ai passé 24h dans une salle d’examen. 24h, ça fait une journée complète (le jour et la nuit) ! C’est beaucoup quand on y pense…

Bien sûr, je commencerai par vous conseiller de passer de bonnes nuits complètes (ce n’est pas le temps des révisions…).

Mais effectuer une micro sieste pendant les épreuves peut s’avérer être une réelle nécessité (mais ne pas en abuser) !

3 conseils pour bien dormir pendant les épreuves du bac blanc

  1. Si vous le pouvez, choisir une place à côté d’un mur (mais en général, on ne peut pas choisir alors tant pis). En effet, sans mur, vous n’avez que 2 points d’appui : la table et la chaise. Mais avec le mur, vous gagnez un point d’appui supplémentaire (le mur), ce qui nous fait un total de 3 appuis.  3 comme le nombre de points de contact le plus stable pour un objet !
  2. Prendre une écharpe avec soi. Mais pas n’importe quelle écharpe. Il faut un rectangle de 1 x 2m. Ça fait office de couverture (il fait parfois un peu frisquet dans les salles d’examen).
  3. Garder une veste (ou un manteau) accrochée sur le dossier de sa chaise. Quand il s’agit de dormir, il est toujours plus agréable d’avoir un oreiller.

Méditer ce n’est pas mal non plus pendant l’épreuve du bac blanc. Quand rien ne va plus, que ton cerveau est vraiment déconnecté, ne penser à rien pendant 5 minutes, ça fait du bien ! Testé et approuvé !

Dessiner (en bonus) 

Vu que je vous aime bien, je vous livre une dernière idée de chose à faire pour se divertir pendant le bac blanc : dessiner.

Je me suis créé une « feuille d’inspiration » le mardi : à chaque fois que je sentais mon esprit décrocher, je dessinais une petite fleur sur une page de brouillon rose pour me reconcentrer. Cela a été plutôt efficace. Mais hormis les petites fleurs, je ne sais pas dessiner grand chose…

Cependant, certains de mes camarades ont démontré une très grande créativité ! Je pense, par exemple, à la personne qui coloriait une zone de 1×2 carreaux au Stabilo rose, sautait 2 carreaux, coloriait 2 carreaux en jaune fluo et ainsi de suite : en ressortait un magnifique damier coloré !

Mais dans ce bonus, je suis sûre qu’on pourrait rajouter tout un tas d’activités ! Par exemple : tricoter. Il n’est écrit nul part qu’il est interdit de ramener une pelote de laine et des aiguilles à tricoter. Ou alors faire de la calligraphie. J’ai le droit de vouloir écrire joliment et de rapporter avec moi un porte-plume, des plumes et de l’encre !

Bref, vous l’avez compris, il est difficile de s’ennuyer pendant un bac blanc en dehors de l’épreuve proprement dite.

Les exemples que je donne dans cet article concernent aussi, malgré les apparences, de très bons élèves.

Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le partager sur Pinterest 😉

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *