Kinderdijk, késako ?

Les moulins de KinderdijkLes moulins de Kinderdijk — Crédit photo : Clara Delcroix

Je n’ai jamais été très douée en géographie… Pour tout vous dire, quand j’étais en 4e (j’avais 13 ans), j’ai placé le Japon en Inde… Au fur et à mesure des années, je m’améliore quand même  😉

Découvrir la géographie et le tourisme à la façon Z

Pour m’aider dans mon apprentissage, j’avais trouvé l’application Geomaster. Une application pour smartphones et tablettes vraiment très bien conçue ! Le principe est extrêmement simple : l’application dit un nom de pays ou de lieu et on doit le situer le plus rapidement possible sur la carte. Ma rubrique favorite ? Monuments célèbres. C’est, en quelque sorte, une rubrique qui fait rêver.

Dans cette catégorie, on retrouve, comme l’indique le titre, des monuments célèbres : la Tour Eiffel à Paris, la Statue de la Liberté à New-York ou encore la Porte de Brandebourg à Berlin. Mais on y rencontre aussi des curiosités qui sont un peu moins connues (enfin… de mon point de vue 😉 ). Parmi celles-ci, je pourrai citer les géoglyphes de Nazca au Pérou (de gigantesques dessins tracés sur le sol datant de plusieurs centaines à milliers d’années, une vraie prouesse !), le palais du Potala en Chine et… les moulins à vent de Kinderdijk !

Moulins à vent, donc Pays-Bas. Logiquement, c’est relativement proche de chez-moi : j’habite dans le nord de la France, c’est grosso modo à 2 heures en voiture ! À priori, Kinderdijk est un endroit notable… que je ne connaissais pas 🙂

Un moulin à vent à Kinderdijk

Un moulin à vent à Kinderdijk — Crédit photo : Clara Delcroix

J’en parle avec mes parents (eux non plus ne connaissaient pas) et je leur propose de visiter ce lieu. Quelques semaines plus tard, nous voilà partis une journée, avec mes parents et ma sœur, pour ce lieu inconnu IRL (In Real Life) où se trouvent des moulins à vent (on n’en savait pas vraiment plus).

Nous n’avions pas eu la curiosité de nous renseigner avant le départ sur notre destination. Aussi, un peu naïfs, nous pensions voir quelques moulins à vent rassemblés. En réalité, ce sont 19 moulins à vents alignés sur deux rangées en vis-à-vis le long d’un cours d’eau.

Kinderdijk, ça veut dire quoi ?

Kinderdijk (prononcer Kinedeurdéyk) signifie « la digue de l’enfant ». kinder veut dire enfant et dijk se traduit par digue.

Son nom viendrait d’une légende. Lors de l’inondation de la Sainte-Elisabeth du 18 au 19 novembre 1421 (une soixantaine de villages engloutis), un chat aurait maintenu en équilibre au-dessus des flots un bébé dans son berceau. Le berceau se serait échoué sur cette digue, d’où son nom.

Les moulins

Les moulins de Kinderdijk ont été construits vers 1740 pour évacuer le surplus d’eau de 4 polders (terrains gagnés sur la mer) et ainsi lutter contre les inondations.

Kinderdijk est le groupe de moulins le plus important et le mieux conservé des Pays-Bas.

Moulin à pivot

Moulin à pivot – Crédit photo : Clara Delcroix

Sur le terrain se côtoient 3 types de moulins :

  • 8 moulins en brique à calotte tournante avec roue à aubes couverte (les plus vieux, datant de 1738)
  • 10 moulins octogonaux à calotte en chaume avec roue à aubes couverte (réalisés en 1740)
  • 1 moulin à pivot (c’est le plus récent, il a été construit en 1761)

La grosse différence entre le moulin à pivot et les moulins à calotte est que, dans le premier cas, le moulin dans son ensemble est orienté « face au vent » tandis que, pour les moulins à calotte, c’est la sorte de chapeau sur le dessus du moulin qui est orienté, la base du moulin reste fixe.

Maintenant, nous savons où sont prises les photos qui illustrent les moulins à vent des Pays-Bas 🙂

1 Commentaire

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *