La face cachée de Lilliad

Il y a quelque temps, j’écrivais un article sur Lilliad, la bibliothèque *oups, le learning center* de mon université. Et… j’ai eu pas mal de retours dessus. Notamment du personnel de Lilliad, mais aussi sur leur compte Twitter.

Les messages de Lilliad dans Twitter

Les messages de Lilliad dans Twitter

Petite visite de la face cachée de cette bibliothèque nouvelle génération planifiée le 24 octobre. Au programme : espace événementiel, Xpérium, réserve de livres…

C’est aussi l’occasion pour moi d’en savoir un peu plus sur cette BU (Bibliothèque Universitaire), de visiter des lieux normalement inaccessibles aux étudiants et de poser quelques questions.

Lilliad, un learning center ?

Première question en préambule à la visite : pourquoi cette BU se nomme Lilliad ? La réponse qui m’est donnée : «Assurément, un jeu de mots avec le nom de la ville de Lille. Le but étant de créer une marque, une identification.»

Au final, précisément pourquoi Lilliad, cela demeure toujours un mystère ! Personne ne semble savoir ! Je reste sur ma faim…

Et d’ailleurs pourquoi parle-t-on de Learning Center ? «On parle de Learning Center, car cette BU comprend des services supplémentaires tels que les salles de travail, les espaces événementiel et Xpérium» (sic).

Un couloir de Lilliad

Les couloirs de Lilliad se ressemblent tous : difficile de ne pas s’y perde !

Dernières questions : Learning Center signifie aussi des ressources mises en ligne, non ? Qui peut proposer une ressource ? Qui la valide ? voici d’autres questions que je me pose… Et la réponse : «les ressources dépendent des achats des bibliothécaires (souvent des packages avec un prix réduit) et des demandes des enseignants. Les annales des sujets d’examens se trouvent sur la plateforme ioké et on peut trouver la presse en ligne grâce à Europresse. Si un étudiant souhaite suggérer l’acquisition d’une ressource, il peut contacter Lilliad via le formulaire de contact

Bon, d’accord pour ces réponses… mais Europresse, je l’ai avec mon abonnement à la bibliothèque municipale (pas en version études supérieures, c’est vrai…), les annales des sujets d’examens c’est la moindre des choses dans une BU…  Bref, rien d’exceptionnel au final ! Ce n’est « que » ça un learning center ? Déception…

Le pôle événementiel de Lilliad

La visite commence par l’espace événementiel. Il se compose de 2 amphis aux capacités différentes : 110 et 292 places. Chacun d’eux est équipé de 3-4 caméras et des écrans y sont également présents.

De cette manière, les conférences peuvent être diffusées sur Lille 1 TV, éventuellement en direct. Grande découverte : Lille 1 a une web TV  !

Cela permet également de soutenir des thèses en vidéo-conférence avec 1 ou plusieurs universités partenaires.

Le grand amphi du pôle événementiel de Lilliad

Le grand amphi du pôle événementiel de Lilliad

Un grand hall équipé d’une zone « bar » complète l’équipement de ce pôle événementiel. Il peut servir pour des expositions par exemple.

Cependant, ce pôle est loin d’être accessible aux étudiants, notamment ceux de licence. Certes, de temps à autre, un événement est ouvert à l’ensemble des étudiants… mais actuellement lorsque je passe devant le hall, l’accès est restreint, les événements sont « privés ».

Baratin ou pas ? Il parait que l’encadrement de Lilliad devrait ouvrir de plus en plus d’événements accessibles aux étudiants.

Les coulisses de Lilliad

Le magasin de Lilliad

Le magasin de Lilliad

À l’assaut des magasins ou réserves

La visite s’est poursuivie avec les magasins : certains livres ne sont pas présents dans les rayons de la bibliothèque, mais sont stockés ici et sont consultables, voire empruntables.

Ici, on sent l’odeur caractéristique du « vieux livre ». Et au fil des rayons, on fait un réel bond dans le passé !

L’ambiance est un peu particulière. Pour conserver les livres dans les meilleures conditions, tout est réglé : température, taux d’humidité, lumières, etc. et cela se sent.

L’envers du décor : le retour des livres

Jusqu’ici, je me demandais vraiment ce qui se passait « derrière » lorsqu’on déposait notre livre sur le tapis roulant. Mais j’ai enfin élucidé le mystère du retour des livres.

Le retour des livres

Le retour des livres

Une machine lit le code du livre lorsqu’on le dépose sur le tapis roulant, ainsi, elle sait vers quel secteur le livre doit être dirigé.

Le livre poursuit sa route sur le tapis et termine sa route dans une grande caisse (qui correspond à tel ou tel secteur).

De temps à autre, quelqu’un vient chercher une des caisses (elles ont des roulettes), l’emmène vers le bon endroit et range les livres dans les rayons.

Autres espaces

Lors de cette visite, j’ai aussi eu l’occasion de découvrir Xpérium. Une sorte de mini musée avec pour thématique actuellement par exemple la 3e révolution industrielle. 

L’accès n’est pas libre. On ne peut le visiter que si un étudiant en Master 2 organise la visite.

En complément des salles dont j’avais parlé dans le précédent article, d’autres salles existent : l’une équipée de Mac, une autre pour de la pédagogie « ludique » (fauteuils de différentes couleurs, boîtiers de vote interactif, multi projections sur plusieurs tableaux).

Elles sont en général réservées par des enseignants… et donc, pas forcément faciles à réserver pour les étudiants.

Cette découverte était enrichissante sur le fonctionnement d’une BU et encore merci au personnel de Lilliad pour cette visite ! 😊 Cependant, pour moi, la face cachée de cette bibliothèque nouvelle génération n’a toujours pas élucidé la question : concrètement, qu’est ce qu’un learning center et Lilliad en est-elle un ?

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *