L’école française, à la traîne ?

La cour du lycéeLa cour du lycée — Crédit photo : Clara Delcroix

Pour l’écriture de cet article, je m’appuie sur une publication du journal Trois-Quatorze n°47 : le lycée en question. Dans cet entretien, des élèves de diverses nationalités expriment leur point de vue vis-à-vis de l’école en France. Cela m’a tout de suite parlé étant donné que moi-même, j’ai étudié 3 mois en Allemagne.

Un rythme trop fatigant ?

Une journée type en France ? On commence à 8h-9h, on termine à 17h-18h, une pause d´une heure à midi et beaucoup de devoirs, qu’il faut trouver le temps de faire…

Pour ce qui est de la décomposition de la semaine, lundi, mardi, jeudi et vendredi sont tels que le jour type (8h-18h). Mercredi et samedi (et oui, nous avons aussi cours le samedi… 😩), c’est 8h-12h.

Australie, Canada, USA, Danemark, Norvège, Colombie, Italie, tous s’accordent sur le fait que le rythme et bien trop éprouvant ! La France serait-elle donc le seul pays qui imposerait un tel rythme à ses lycéens ? Pas tout à fait 😉 Ce rythme ressemble, par exemple, à celui de la Thaïlande.
J’aime beaucoup la formulation de Rony, originaire d’Australie : « C’est marrant ce pays où l’on travaille 35 heures (heures légales), où les profs font 15 heures… et où les élèves en font près de 40 !« . La personne ayant le plus d’heures de cours dans mon lycée se situe vers 44h/semaine !

Les filières : L, ES ou S ?

L pour Littéraire (des langues et de la philo principalement), ES pour Économique et Social (un peu de tout, mais avant tout de la Science Économique et Sociale et des maths) et S pour Scientifique (Science et Vie de la Terre, Physique et Maths notamment).

Au-delà du débat de choisir des matières ou une filière ou de ne rien choisir, la remarque de Trine (Danemark) me semble exprimer le nœud du problème : « Le gros problème c’est qu’il y a une hiérarchie pré-établie. Les sciences sont plus cotées que les lettres. Le choix s’effectue en fontion de cette hiérarchie et non pas en fonction du potentiel ou des motivations de l’élève.« .

Certains élèves souhaitant travailler dans un métier « non-scientifique », vont en filière S. Pourquoi ? Seulement parce qu’elle est plus cotée. Un élève de L ne pourra jamais devenir ingénieur, alors qu’un élève de S pourra devenir économiste ou sociologue, même écrivain ou artiste !

Manque de créativité dans l’école française ?

J’ai déjà parlé du sujet dans un article précédent.

Musique, théâtre, photographie, cuisine, art ou encore danse, il est très rare de trouver ces matières au programme en France. Pourtant, d’après moi, la créativité est très importante dans le développement personnel du lycéen.

Mais tel que le dit Sam, d’Australie : « En même temps si vous rajoutez encore des matières aux élèves ! Il y en a déjà trop.« . Si on devait encore rajouter 3-5 heures à nos  35-40h, je n’ose même pas imaginer…

L’objectif de l’école en France

La plupart des étrangers sont du même avis : à part préparer le bac, l’école n’a que peu d’objectifs en France…

Je me souviendrai toujours de mon arrivée en seconde, lorsque le proviseur nous a dit : « Si on retire les vacances, une année, c’est 30 semaines. Alors le bac, c’est dans 90 semaines !« .

Alors que le but premier de l’école est d’apprendre, on ne cesse de nous répéter que le plus important est l’obtention de l’examen (Brevet au collège, Baccalauréat au lycée)…

Relations profs/élèves

Ce qui est à retenir : les cours français sont monotones et n’incitent pas vraiment les élèves à se rendre en cours, encore moins à développer un goût pour l’apprentissage. Les profs font « leur monologue », sans se soucier de leurs élèves.
Dans certaines classes, on voit passer des « cahiers magiques » : le cahier d’un grand frère/d’une grande sœur ayant eu le même prof quelques années auparavant. Celui-ci n’a rien changé, ni à son cours, ni à ses interrogations, alors le « cahier magique » devient rapidement une source première de préparation aux DS (devoirs surveillés) pour l’élève 😉

Tamera du Canada explique que le système français est adapté à 1 type d’élèves, mais qu’il n’est pas assez souple pour intégrer tout le monde. Et je rejoins son point de vue !

3 Commentaires

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *