Le long du canal Griboïedov à Saint-Pétersbourg

Lorsqu’on visite Saint-Pétersbourg, longer le canal Griboïedov permet de découvrir l’histoire au travers de l’architecture de la ville.

Saint-Pétersbourg se situe au Nord-Ouest de la Russie. Elle est fondée par Pierre le Grand en 1703 dans l’idée d’en faire la nouvelle capitale. À cette époque, il souhaite européaniser la Russie. C’est d’ailleurs pour cette raison que certains mots russes sont issus du français.

La nuit tombe sur le canal Griboïedov à Saint-Pétersbourg © Clara Delcroix
La nuit tombe sur le canal Griboïedov à Saint-Pétersbourg © Clara Delcroix

Dans Le cavalier de bronze, Poushkine décrit la fondation de Saint-Pétersbourg par Pierre le Grand. Le préambule commence ainsi :

Il était là, debout sur le rivage d’une mer déserte et, plein de ses grandes pensées, il regardait au loin. À ses pieds, le fleuve roulait ses larges eaux que seule remontait péniblement une embarcation. Çà et là des chaumières, asiles du Finnois indigent, se dressaient noirâtres sur ces bords envahis par la mousse et la vase. Et la forêt impénétrable aux rayons d’un soleil voilé de brume étendait sa rumeur alentour. Il se disait : « D’ici, nous menacerons le Suédois. Une ville y sera bâtie malgré nos orgueilleux voisins. La nature a voulu qu’ici nous percions une fenêtre sur l’Europe et que nous demeurions le pied ferme au bord de la mer. Jusqu’ici, portés par ces flots qu’ils ne connaissaient point, tous les pavillons viendront nous rendre visite. Et l’on y pourra banqueter à l’aise. »

– Alexandre Pouchkine

Une géographie intéressante

La géographie de Saint-Pétersbourg est remarquable. C’est à cet endroit que la Neva (un petit fleuve de 74 km de long) se jette dans le Golfe de Finlande. La ville est construite sur plusieurs petites îles entrecoupées de bras de la Neva et de canaux. Ce n’est pas pour rien si certains la surnomment la Venise du Nord !

Le canal Griboïedov © Clara Delcroix
Le canal Griboïedov © Clara Delcroix

Parmi ces canaux, le plus long est le canal Griboïedov avec ses 5 km de long. En réalité, il voit le jour en 1739 sous une autre appellation : canal Catherine, pour Catherine Ire, impératrice de Russie de 1725 à 1727 (et d’origine lituanienne ! 🙂 ).

Maintenant que nous avons fait connaissance avec Mme Catherine, qui était donc M. Griboïedov ? De son nom complet Alexandre Sergueïevitch Griboïedov (1795-1829), il était auteur, diplomate et compositeur.

Portrait d'Alexandre Griboïedov par Ivan Kramskoï CC Wikimedia https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Griboyedov.jpg
Portrait d’Alexandre Griboïedov par Ivan Kramskoï (CC Wikimédia)

Le canal Griboïedov est traversé par 21 ponts, soit un pont… tous les 150 m environ ! Mais surtout, il est flanqué d’une architecture remarquable.

Longer le canal Griboïedov à pied

Cathédrale Saint-Sauveur-sur-le-Sang-Versé

Le canal Griboïedov débute un peu avant la cathédrale Saint-Sauveur-sur-le-Sang-Versé (en russe : Храм Спаса на Крови, ou khram spassa na krovi) . Si on pense attraction touristique à Saint-Pétersbourg, c’est définitivement cette majestueuse cathédrale orthodoxe dans un style médiéval russe qui vient à l’esprit.

Le canal Griboïedov débute juste derrière la cathédrale Saint-Sauveur-sur-le-Sang-Versé © Clara Delcroix
Le canal Griboïedov débute juste derrière la cathédrale Saint-Sauveur-sur-le-Sang-Versé © Clara Delcroix

La cathédrale Saint-Sauveur-sur-le-Sang-Versé est relativement récente, puisque sa construction a débutée en 1883 et s’est achevée en 1907. Elle se trouve sur les lieux précis de l’assassinat d’Alexandre II, empereur de Russie de 1855 à sa mort en 1881. D’où son nom : Saint-Sauveur-sur-le-Sang-Versé.

Lorsque je l’ai vue, elle était en réparation. J’en ai parlé à une amie russe, elle m’a indiqué : « C’est normal, elle est toujours en réparation »… Vous êtes prévenus. 😉

Il serait difficile d'observer les bulbes de la cathédrale Saint-Sauveur-sur-le-Sang-Versé sans échafaudage… © Clara Delcroix
Il serait difficile d’observer les bulbes de la cathédrale Saint-Sauveur-sur-le-Sang-Versé sans échafaudage… © Clara Delcroix

En poursuivant le chemin, on longe des petites échoppes où l’on peut acheter tous les souvenirs russes possibles : chapkas, matriochkas, châles, magnets… Puis on atteint le pont Italien (Итальянский мост, ou Ital’ïancki most), construit en 1896 à la place d’une petite passerelle en bois.

Maison du livre ou immeuble Singer

On atteint ensuite la maison du livre (Дом книги, ou dom kingui), aussi connue comme l’immeuble de la compagnie Singer (Дом компании «Зингер», ou dom kompani Zinguer). Oui, la même entreprise que celle des machines à coudre ! Soit dit en passant, Singer est une entreprise américaine…

Les amateurs d’art nouveau s’en donneront à cœur joie avec cet immeuble de sept étages réalisé par l’architecte Pavel Souzor entre 1902 et 1904.

L’immeuble est désormais une librairie. Ni une, ni deux, sautez sur l’occasion pour acheter quelques livres (en russe principalement) : il y en a pour tous les goûts !

La coupole de l'immeuble Singer, on ne s'en lasse jamais © Clara Delcroix
La coupole de l’immeuble Singer, on ne s’en lasse jamais © Clara Delcroix

L’immeuble Singer fait l’angle entre le canal Griboïedov et la principale artère pétersbourgeoise : la perspective Nevski. La perspective Nevski est aussi une œuvre de Gogol, dont l’incipit débute comme suit :

Il n’y a rien de mieux que la Perspective Nevski, du moins à Pétersbourg ; pour lui, elle est l’alpha et l’oméga. De quoi cette rue – la belle de notre capitale – ne brille-t-elle pas ! Je sais que pas un seul de ses pâles et fonctionnaires habitants n’échangerait la Perspective Nevski pour tous les biens du monde.

– Nicolas Gogol

Cathédrale Notre-Dame-de-Kazan

Une fois la perspective Nevski traversée, voici venir la cathédrale Notre-Dame-de-Kazan. La construction de cette cathédrale néo-classique s’est achevée en 1811. Elle a un petit côté Basilique Saint-Pierre du Vatican, avec son dôme qui s’élève à une hauteur de 76 m et ses nombreuses colonnes disposées en arc de cercle.

Cathédrale Notre-Dame-de-Kazan © Clara Delcroix
Cathédrale Notre-Dame-de-Kazan © Clara Delcroix

Amusant de savoir que la cathédrale Notre-Dame-de-Kazan est transformée en musée de l’athéisme à l’époque soviétique, puis rendue au culte par la suite.

Le prochain pont est le pont de la Banque, construit en 1826. C’est un véritable symbole de la ville avec ses 4 griffons aux ailes dorées. Malheureusement, il était lui aussi en réparation lorsque j’étais à Saint-Pétersbourg.

Un tronçon moins intéressant ?

La prochaine portion du canal est un peu moins intéressante. Excepté le pont aux lions, il n’y a pas d’église ou de pont particulier a priori. Mais en réalité, on y trouve quand même pas mal de belles architectures !

J’en ai profité pour faire un petit détour par un magasin de guimbarde : Oberton Pro (Gorokhovaya – Гороховая 34). Un magasin dédié aux guimbardes en France, c’est plutôt rare, alors je ne pouvais pas louper ça. 😉

C’est aussi le moment idéal pour faire une petite pause dans l’une des boulangeries ou l’un des cafés. En hiver, c’est presque nécessaire, ne serait-ce que le temps de se réchauffer. 🥶

Certaines architectures sont peut-être moins reluisantes, mais c'est aussi ça Saint-Pétersbourg… © Clara Delcroix
Certaines architectures sont peut-être moins reluisantes, mais c’est aussi ça Saint-Pétersbourg… © Clara Delcroix

1 km à pied…

Je trouve que le dernier kilomètre redevient particulièrement intéressant.

On passe d’abord par la cathédrale Saint-Nicolas-des-Marins : c’est mon église préférée à Saint-Pétersbourg. Sa construction a débuté en 1753 dans un style baroque élisabéthain, plus connu sous le nom de rococo. On la reconnaît entre toutes avec sa façade bleu et blanc et ses 5 coupoles dorées, dont la plus haute culmine à 52 m.

Église Saint-Nicolas-des-Marins © Clara Delcroix
Église Saint-Nicolas-des-Marins © Clara Delcroix

Cette cathédrale se nomme Saint-Nicolas-des-Marins car elle est dédiée à Saint-Nicolas. Oui, le même que notre Saint-Nicolas avec son âne et/ou le père Fouettard. En réalité, Nicolas de Myre, Saint-Nicolas est aussi le saint patron des marins et bateliers, d’où Saint-Nicolas-des-Marins.

Dans la nuit tombante, de l'Église Saint-Isidore, on ne distingue que la silhouette © Clara Delcroix
Dans la nuit tombante, de l’Église Saint-Isidore, on ne distingue que la silhouette © Clara Delcroix

Au loin point l’église Saint-Isidore avec ses bulbes verts. Elle a été construite entre 1903 et 1907 pour la communauté orthodoxe d’origine estonienne. L’église est consacrée à Isidore de Youriev, mort pour avoir refusé de se convertir au catholicisme. Sous la domination russe, Youriev était le nom de l’actuelle deuxième ville d’Estonie : Tartu.

Et voilà, il ne reste plus qu’à marcher quelques centaines de mètres pour atteindre la fin du canal Griboïedov.

Arrivée à la fin du canal Griboïedov, la nuit est tombée © Clara Delcroix
Arrivée à la fin du canal Griboïedov, la nuit est tombée © Clara Delcroix

Et voilà, c’est ainsi que s’achève notre petite balade à Saint-Pétersbourg. Mais il reste encore de nombreuses choses à découvrir : l’Hermitage, la forteresse Pierre-et-Paul, le Kunstkamera, la cathédrale Saint-Isaac…

© Clara Delcroix
Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le partager sur Pinterest 😉
Partagez

Auteur·e

cladelcroix

Commentaires