Erasmus : où faire ses courses à Vilnius ?

Article : Erasmus : où faire ses courses à Vilnius ?
7 juillet 2020

Erasmus : où faire ses courses à Vilnius ?

Cet article est une partie de mon rapport de fin de séjour Erasmus en Lituanie, à Vilnius. Vous y trouverez les réponses à des questions pratiques afin de préparer son Erasmus en Lituanie ou ailleurs et apprendrez à connaître un peu mieux ce pays balte.

La partie précédente s’intitule Trouver un logement pour un Erasmus à Vilnius.

Depuis 2015, la monnaie officielle de la Lituanie est l’euro, remplaçant le litas. Il n’y a donc aucuns frais pour retirer de l’argent à l’un des nombreux distributeurs de la ville (à vérifier quand même auprès de votre banque).

Attention toutefois au fonctionnement de certains distributeurs en Lituanie. Prenons l’exemple d’un retrait d’argent : vous insérez votre carte bancaire, indiquez l’opération que vous souhaitez effectuer (ici un retrait d’argent – cash withdrawal puisque la plupart des distributeurs parlent anglais et non français), le distributeur vous donne l’argent, il vous demande si vous souhaitez un ticket, puis si vous souhaitez effectuer une autre opération.

Et seulement après avoir pressé « non » à cette question, il vous rendra votre carte ! Il faut donc faire attention à ne pas partir avec l’argent, mais sans sa carte bancaire. Oui, ça m’est arrivé et je ne suis pas la seule…

Une bonne précaution est de toujours avoir un peu de liquide en réserve, voire même de posséder une seconde carte bancaire.

Dans les supermarchés et les boutiques, la carte bancaire est facilement acceptée. Mais sur les marchés et avec les marchands de rue, il est toujours bon d’avoir du liquide sur soi (il est d’ailleurs possible de marchander un peu).

Coût de la vie

Dans l’ensemble, le coût de la vie en Lituanie est moins cher qu’en France. Pour l’alimentation, tout ce qui est local (pommes de terre, betterave, pommes, etc.) est très peu cher. Par contre, si on cherche à se nourrir comme en France, l’addition monte plus vite.

On considère que dans l’ensemble les produits de première nécessité et l’alimentation sont 30 à 50 % moins chers qu’en France.

De plus, les loisirs sont très variables : parfois très bon marché, d’autres fois plutôt cher (pas moins de 6 € pour une entrée à la piscine… bon, sinon on peut aussi nager dans les lacs et les rivières quand le temps s’y prête).

Des bourses pour partir à l’étranger ?

Pendant son année Erasmus, on conserve ses bourses françaises (bourse du Crous, bourse au mérite). En complément s’y ajoute la bourse Erasmus (montant différent selon la destination). Pour ma part, j’ai aussi obtenu la bourse Mermoz du conseil régional des Hauts-de-France.

À noter, les bourses Erasmus et Mermoz sont calculées selon la durée du séjour. Elles ne sont pas versées mensuellement, au contraire des bourses du Crous. On en perçoit 70 % après envoi de l’attestation d’arrivée (attendance certificate – certificate of arrival). Les 30 % restants sont obtenus à la fin du séjour, après envoi de l’attestation de présence (attendance certificate – certificate of departure). À prendre en compte si vous êtes ric-rac sur le budget.

Un petit boulot sur place ? C’est possible !

J’ai cherché un job étudiant à Vilnius. Je me suis donc rapprochée de l’Institut français de Vilnius. C’est ainsi que j’ai commencé à travailler pour le Lycée International Français de Vilnius en tant qu’animatrice.

Les horaires conviennent bien avec un emploi du temps d’étudiant, par contre ne vous faites pas d’illusion : ce n’est pas un salaire français, mais bel et bien lituanien. Toutes les infos pour un job d’animateur sont sur cette page.

Supermarchés et shopping

Généralement, les supermarchés ouvrent entre 7 h et 8 h et ferment entre 22 h et 23 h. Les petites boutiques sont plutôt ouvertes entre 10 h et 19 h. Tous ces horaires sont notés sur les portes avec un système de chiffres romains (I pour le lundi, V pour le vendredi, VI pour le samedi, VII pour le dimanche…). Un autre système avec des ronds (pleins/à demi-pleins/vides) permet d’indiquer si le magasin est ouvert toute la journée/en partie/fermé.

Les cartes de fidélité offrent rapidement des avantages en Lituanie © Clara Delcroix
Les cartes de fidélité offrent rapidement des avantages en Lituanie © Clara Delcroix

Il est utile de demander la carte des magasins, car on gagne assez rapidement de l’argent. Soit elle est gratuite, soit on la paye 1 €, mais ensuite elle permet d’obtenir des réductions sur de nombreux articles. Parfois, elle comporte aussi un système de points convertibles en argent. Il ne faut donc pas s’étonner si, après avoir passé sa carte, le caissier nous demande si on souhaite arrondir le montant à l’unité inférieure… N’hésitez pas à demander à un caissier en lituanien «Aš norėčiau kortelė» (« je voudrais la carte », prononcé « ach norétchiao kortélé« ).

Petit point sur l’achat d’alcool : en Lituanie, l’alcool est interdit à la vente aux jeunes de moins de 20 ans. Qui plus est, aux supermarchés, on peut seulement acheter de l’alcool de 10 h à 20 h (le dimanche de 10 h à 15 h).

Quelles enseignes ?

En Lituanie, les principales enseignes de supermarché sont Iki, Lidl, Maxima et Rimi. Maxima utilise un système de « X » pour indiquer la taille de ses supermarchés. Les Maxima X sont les plus petits, le Maxima XXXX le plus grand. On trouve aussi des enseignes spécialisées (et même Decathlon !). Pas loin du quartier d’Antakalnis, où j’habitais, il existe une zone commerciale où on trouve de tout : dans le quartier de Žirmūnai, autour de l’Outlet park.

Les noms d'enseigne en français, c'est courant en Lituanie. Ça fait plus chic ! © Clara Delcroix
Les noms d’enseigne en français, c’est courant en Lituanie. Ça fait plus chic ! Ici, une boulangerie « Mon Ami » © Clara Delcroix

Les amateurs de vêtements d’occasion pour 3 francs 2 sous seront comblés par les nombreux Humana. Et tant qu’on parle d’occasion, le Bon Coin local se nomme Skelbiu (par contre, mieux vaut parler un peu lituanien, ou russe, ou demander de l’aide aux locaux).

Certains produits se trouvent plus facilement sur les marchés, comme Halės turgus ou Kalvarijų turgus. Attention aux horaires d’ouverture, même si Halės turgus est ouvert le dimanche à 15 h, à cette heure, on n’y trouvera plus grand-chose.

Petit cours de lituanien pour se débrouiller sur un marché

Pour les marchés il est bon de savoir parler un tout petit peu lituanien pour demander le prix et indiquer la quantité souhaitée. Le mot passe-partout est « ça » (šita en lituanien, prononcé chita) : il suffit de montrer ce qu’on souhaite (Aš norėčiau šita – Je souhaite ça). Pour demander le prix j’avais retenu Kas yra kaina šita? (prononcé « casse ira kaïna chita », quel est le prix de ça ?). Pas très beau mais rudement efficace !

Les chiffres

Savoir compter de 0 à 9 permet de dire tous les nombres. Si on reste longtemps, on peut s’amuser à apprendre à compter jusqu’à mille, c’est suffisant en général. Pour reprendre mon explication avec les chiffres de 0 à 9, si on souhaite 250 grammes de quelque chose, on ne dit pas « deux-cent-cinquante grammes de ça » mais « deux cinq zéro grammes de ça »).

Les chiffres sont dans l’ordre (prononciation entre parenthèses) :

  • nulis (noulisse) – 0
  • vienas (viénasse) – 1
  • du (dou) – 2
  • trys (triis) – 3
  • keturi (quétouri) – 4
  • penki (pénki) – 5
  • šeši (chéchi) – 6
  • septyni (séptini) – 7
  • aštuoni (achtou-o-ni) – 8
  • devyni (dévini) – 9

Bon sinon l’autre solution c’est d’écrire la quantité sur son smartphone ou un bout de papier. 🙂

Autres expressions utiles

Pour préciser litres, grammes, kilos ou autre, ma technique est assez simple : on ajoute « as » au mot français. Litre devient litras, grammes devient gramas, kilogrammes devient kilogramas. Ce n’est pas la technique officielle, mais on m’a toujours comprise. Par contre n’essayez pas avec les aliments : ça ne fonctionne pas. Pommes se dit obuoliai (obou-o-liaï), lait se dit pienas (piénasse), farine se dit miltai (miletaï), etc. Rien à voir donc !

Une expression utile est « viena sauja » (viéna sa-o-ya) : une poignée (pour les fruits secs par exemple).

Enfin n’oubliez jamais les formules de politesse : « sveiki » (svéïki – bonjour à toute heure), « ačiū » (atchou – merci), « prašau » (pracha-o – s’il vous plaît) et « viso gero » (visso géro – au revoir). Au besoin, « Aš nekalbu lietuviškai » (ach nékalbou liétouvichekaï – je ne parle pas lituanien) et « Aš kalbu truputi lietuviškai » (ach kalbou troupouti liétouvichekaï – je parle un peu lituanien) sont salvateurs.

En général, les marchands sont très contents de voir une personne essayer de parler lituanien, plutôt que de les aborder en anglais (qu’ils ne parlent pas forcément).

La suite porte sur la gestion de sa santé en année Erasmus.

Et vous, quels sont vos meilleures anecdotes d’Erasmus sur les courses ? Des produits intervertis ? Une incompréhension d’un vendeur ?

© Clara Delcroix
Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le partager sur Pinterest 😉
Partagez

Commentaires